31-01-2014

Nanomédecine et cancer: cibler pour mieux lutter

Le vendredi 31 janvier, le Luxembourg, représenté par le CRP-Gabriel Lippmann a participé au "Nano World Cancer Day" organisé dans le cadre de la Journée Mondiale contre le cancer, le 4 février 2014. Le "Nano World Cancer Day" est une initiative paneuropéenne organisée par la "Plate-forme technologique européenne sur la nanomédecine" (ETPN). Treize pays européens se sont unis afin d’attirer l’attention et d’améliorer les connaissances sur la nanomédecine et ses applications dans la lutte contre le cancer: du diagnostic aux perspectives thérapeutiques.

Le Dr Damien Lenoble, vice-président de l’ETPN "Nanodiagnostique et Imagerie" et responsable de l’unité "Génie des Nanomatériaux" du CRP-Gabriel Lippmann a présenté les caractéristiques de la nanomédecine ainsi que les apports des "nanos" en oncologie. "Les traitements anti-cancéreux actuels engendrent de nombreux effets secondaires et ne sont pas toujours d’une efficacité totale, souligne le Dr Lenoble. Ils entraînent par ailleurs bien souvent une dégradation des cellules saines. Et c’est là que la nanomédecine peut se rendre très utile. Un des objectifs de la nanomédecine est de créer des nano-objets qui sont capables de s’accumuler dans la tumeur. En d’autres mots, la particule cible directement l’organe malin sans tuer les cellules bénignes. Une autre très forte tendance des nanotechnologies appliquées aux enjeux de la médecine est la recherche et le développement d’outils/de dispositifs de diagnostic précoce des maladies".

Jean-Sébastien Thomann, chercheur au sein de l’unité "Génie des Nanomatériaux" a présenté de son côté ce que l’on appelle les nano-objets théragnostiques. Depuis un an, l’unité étudie le développement de ces particules qui ont la particularité d’être efficaces tant au niveau du diagnostic que de la thérapie. "Dans la phase de diagnostic, elle peut être utilisée en tant qu’agent de contraste afin de remplacer les produits actuels manquant d’efficacité", précise le chercheur.

Les chercheurs du CRP-Gabriel Lippmann travaillent également sur l’encapsulation des médicaments servant dans le traitement contre le cancer. Pour mener à bien leur travaux, ils collaborent avec leurs homologues du CRP-Santé et ont ainsi un accès à la pharmacie du Centre Hospitalier de Luxembourg (CHL).

Cette collaboration scientifique s’est également étendue à la France où le Centre de Recherche en Automatique de Nancy (CRAN) dispose d’un savoir-faire important en tests précliniques et en validation biologique. Le CRAN et le CRP-Gabriel Lippmann ont déposé ensemble un projet de recherche et travaillent ensemble sur la thérapie photodynamique. Le but est d’activer la nanocapsule en envoyant un rayon laser dessus, et du coup de cibler au mieux la zone de traitement. La complémentarité des acteurs présents dans la Grande Région devraient leur permettre de créer un pôle de recherche important dans le domaine prometteur de la nanomédecine.

  • Mis à jour le 31-01-2014