15-03-2018

Prévention du diabète de type 1: IBBL joue un rôle-clé dans un essai clinique international

IBBL (Integrated BioBank of Luxembourg) jouera un rôle-clé dans un essai clinique international coordonné par l’Institute of Diabetes Research (IDF) du Helmholtz Zentrum München pour déterminer si l'administration orale d'insuline en bas âge peut prévenir le diabète de type 1.

Pour cette tâche prestigieuse, le Leona M. and Harry B. Helmsley Charitable Trust fourniront à l'IBBL l'équivalent de plus de 400 000 € de financement. "Nous sommes fiers de pouvoir soutenir cet important projet scientifique à travers notre longue expertise dans le stockage à long terme d'échantillons biologiques," déclare le Dr. Catherine Larue, Directrice Générale d'IBBL. "IBBL est parfaitement équipée pour cette tâche cruciale, avec son expérience, infrastructure et équipement ultramoderne."

Le diabète de type 1

Le diabète de type 1 est l'un des troubles métaboliques les plus fréquents de l'enfance et de l'adolescence. Dans cette affection, dite auto-immune, les défenses de l'organisme attaquent et détruisent les cellules productrices d'insuline (appelées cellules bêta) dans le pancréas. Les personnes atteintes de diabète de type 1 doivent prendre de l'insuline pour le reste de leur vie après l'apparition de la maladie, afin de maintenir un taux de sucre sanguin approprié.

L’étude randomisée et contrôlée contre placebo, le Primary Oral Insulin Trial (POInT), a été lancée afin de déterminer si l'administration d'insuline aux enfants peut prévenir le diabète de type 1. La prémisse derrière l’essai clinique est que, si le système immunitaire des enfants est habitué à tolérer l'insuline dès le plus jeune âge, il ne confondra pas, à un âge plus avancé, cet important messager naturel comme étant étranger, évitant donc de l'attaquer. Cette étude est axée sur les enfants présentant un risque génétique élevé de diabète de type 1.

Pour l'essai, quelque 300 000 enfants en Europe seront testés pour leur risque de diabète de type 1. À partir de l'âge de quatre à sept mois, la moitié des participants à haut risque de développer la maladie recevront quotidiennement de l'insuline par voie orale sous forme de poudre, tandis que l’autre moitié recevra une substance inactive (ce qui est important pour évaluer l'efficacité du traitement). Ce traitement quotidien continuera d’être administré aux enfants jusqu'à leur troisième anniversaire.

Le rôle principal d'IBBL

Le rôle principal d'IBBL dans cet essai est de stocker les échantillons biologiques à des températures ultra basses dans ses installations de pointe, en s'assurant qu'ils restent en parfait état pour les analyses scientifiques subséquentes. De plus, les échantillons seront ensuite mis à la disposition d'autres scientifiques internationaux étudiant les causes de l'auto-immunité et du diabète de type 1. IBBL fournira également les matériaux nécessaires pour la collecte d'échantillons aux centres participant au POInT, le tout étant coordonné par l’Institute of Diabetes Research (IDF) du Helmholtz Zentrum München.

"Nous sommes honorés qu’IBBL, avec son expérience et son expertise, puisse soutenir les institutions de recherche impliquées dans la réponse à ces importantes questions scientifiques," a déclaré Catherine Larue.

La Helmsley Charitable Trust, une organisation américaine, finance POInT dans le cadre de la Plateforme Mondiale pour la Prévention du Diabète Auto-immune (Global Platform for the Prevention of Autoimmune Diabetes - GPPAD), à laquelle ils ont consacré l'équivalent de plus de 44 millions d'euros.

  • Mis à jour le 15-03-2018