Les fruits de la perfection

La perfection est essentielle dans l'aérospatial et le médical où le moindre petit défaut sur une pièce peut littéralement mettre des vies en danger. L'un des clients majeurs de Saturne Technology dans le secteur aéronautique a récemment récompensé le fabricant de composants high-tech pour la fourniture annuelle de 300 000 pièces de très haute précision, chacune d'une qualité 100% irréprochable. Walter Grzymlas, fondateur et PDG de la société, s'exprime au sujet de la révolution qui touche la production et la technologie, et du Luxembourg comme lieu d'implantation de la fabrication high-tech.

Saturne est spécialisée dans la conception et la réalisation d'applications laser high-tech pour, la découpe, le perçage, la soudure, la fabrication additive métallique par laser et le rechargement laser. "Nos machines laser nous donnent une précision inférieure au centième de millimètre sur une large gamme de matériaux, notamment les métaux, les céramiques et le silicium", indique M. Grzymlas, ajoutant que, compte tenu du rythme actuel du développement technologique, il est primordial d'investir dans l'innovation, pour garder une longueur d'avance sur le marché. L'entreprise approvisionne divers secteurs industriels, principalement l'aéronautique, le spatial et le médical.

Façonner l'avenir

Saturne est un chef de file dans le développement d'une nouvelle génération de systèmes basés sur le modèle de l'impression 3D, dans le sens où ils ajoutent de la matière au lieu d'en retirer pendant le processus de fabrication. Des techniques telles que « l'Additive Manufacturing » et la fusion laser reposent sur le principe d'une superposition progressive de couches microscopiques de métal ou de poudre céramique afin de créer des pièces et des composants en trois dimensions d'une taille comprise entre 2 et 600 millimètres cubes.

"Cette technologie est véritablement révolutionnaire – elle permet de créer n'importe quelle forme, quelle que soit sa complexité", commente M. Grzymlas. "Vous ne pouvez pas mouler de formes creuses, ni en réaliser sur une machine. Ou alors, cela aurait un coût prohibitif et la précision serait loin d'être suffisante."

Des possibilités infinies

De tels processus ouvrent des possibilités qui dépassent largement celles offertes par la fabrication traditionnelle. Les produits sont de la plus haute qualité à des prix raisonnables et sont fournis dans les délais, tandis que la flexibilité du processus permet une grande rapidité de modification et de personnalisation. Il n'y a pas de mauvaises surprises pour le client – chaque pièce est scannée, vérifiée et rigoureusement testée, et elle remplit exactement la fonction attendue.

Saturne Technology a récemment configuré et commandé la plus grande machine d'additive manufacturing au monde, dont la présentation a eu lieu en avant-première au salon du Bourget 2015. "Nous nous sommes engagés dans un programme d'investissement et de développement d'une durée de cinq ans", explique M. Grzymlas. "Dans le cadre de ce programme, nous lancerons tous les ans une nouvelle machine d'additive manufacturing."

Un excellent choix

M. Grzymlas, originaire de Maizières-lès-Metz, en France, travaillait pour une entreprise locale lorsqu'il a décidé de s'établir à son compte. "J'ai envisagé le Luxembourg comme implantation possible et j'ai été agréablement surpris par son attractivité", dit-il. "J'ai débuté en 2000 avec une équipe de trois collaborateurs. Nous comptons à présent 11 personnes, un effectif appelé à doubler d'ici la fin de la décennie, et notre chiffre d'affaires annuel est de 3 millions d'euros." L'entreprise prévoit une croissance de ses ventes d'environ 30% par an et ouvre actuellement des bureaux internationaux au Canada et à Dubaï.

Et d'ajouter: "Le Luxembourg était pour nous un excellent choix. Même si nous sommes relativement petits, nous avons bénéficié d'un important soutien personnel et matériel. En particulier, l'aide financière que nous avons reçue du gouvernement nous a permis de maintenir un programme de recherche et de développement de très haut niveau, un facteur indispensable dans ce secteur. Nous avons également collaboré avec les centres de recherche publics sur un certain nombre de projets et nous mettons sur pied une démarche semblable avec l'Université. En conclusion, nous sommes ravis d'être au Luxembourg."

  • Mis à jour le 18-03-2016